Table des matières

alimentation, surveiller la dénutrition

Dénutrition chez les personnes âgées : Décryptage d’un enjeu de santé


Au cœur des préoccupations de santé en France, un problème souvent mésestimé a pris une ampleur inquiétante : la dénutrition, particulièrement prévalente chez les personnes âgées.

Avec pas moins de 2 millions d’individus touchés dans l’Hexagone, cette problématique s’impose avec une urgence indéniable. Et parmi la tranche d’âge la plus représentée, 800000 personnes sont des personnes âgées, ainsi 40 % des personnes dénutries sont des personnes âgées.

La dénutrition des séniors est loin d’être un simple détail statistique, mais dévoile une réalité poignante sur notre société et les défis en matière de santé publique.

Allons au cœur de cette problématique pour comprendre ce que signifie la dénutrition pour les personnes âgées, et évoquons les fausses croyances.

Seniors à table

Pour mieux comprendre, voyons ce qu’il se cache derrière le terme de dénutrition.

*HAS : Haute Autorité de Santé

En d’autres termes, les apports alimentaires se révèlent insuffisants par rapport aux besoins réels de la personne, créant ainsi un déséquilibre préjudiciable à sa santé. Cette définition met en lumière l’importance cruciale de maintenir une alimentation adéquate pour garantir le bon fonctionnement de l’organisme.

équilibre apports nutritionnels / besoins de l'organisme

Cette insuffisance nutritionnelle peut avoir des conséquences graves sur la santé des personnes âgées, notamment en augmentant le risque de maladies chroniques, de fragilité et de complications médicales.

  • Le processus de vieillissement entraine des modifications physiologiques de l’organisme favorisant la survenance de la dénutrition. L’avancée dans l’âge peut alors s’accompagner de troubles de l’appétit se caractérisant par une réduction plus ou moins importante de sa consommation alimentaire…On peut alors parler d’anorexie liée à l’âge.
  • On observe également avec l’âge une résistance à la reprise de poids, contrairement à un jeune adulte, la personne âgée ne compense par ses apports énergétiques, une période longue de jeûne ou de restriction alimentaire (par exemple suite d’hospitalisation). Il est donc extrêmement important d’anticiper et d’agir en prévention.
  • Enfin, on constate chez la personne âgée, des modifications du métabolisme
    protéique
    conduisant à une diminution progressive de la masse maigre (réserve musculaire notamment) au profit de la masse grasse et la diminution de la force musculaire. Ce mécanisme est appelé́ sarcopénie (ou fonte musculaire).

Certaines fausses croyances persistent, entretenant ainsi la confusion et la méconnaissance autour de ce problème de santé souvent sous-estimé.


perte de poids

Bien que certains puissent considérer la perte de poids comme un phénomène naturel lié au vieillissement, elle peut en fait être le symptôme d’un déséquilibre nutritionnel sous-jacent.

Chez les séniors, cette perte de poids peut être rapide et significative, compromettant ainsi leur santé et leur qualité de vie. Entraînant une diminution de la masse musculaire et une fragilité accrue, elle augmente ainsi le risque de chutes et de complications médicales.

Pourtant, la détection précoce de la perte de poids et son traitement approprié peuvent contribuer à inverser le processus de dénutrition et à améliorer la santé globale des personnes âgées.

Critères de surveillance :

Un des critères à surveiller qui peut évoquer une dénutrition chez une personne âgée :

L’IMC

* IMC : indice de masse corporelle = Poids / Taille x Taille

calcul de l'IMC

 HAS *: Voir Bonnes pratiques Diagnostic de la dénutrition après 70 ans – Novembre 2021.

Remarque importante : la recherche de l’albuminémie n’est plus un critère pour diagnostiquer une dénutrition mais se caractérise comme un indice de sévérité de celle-ci.

Un autre critère de surveillance fondamental

L’évaluation des apports alimentaires sur plusieurs jours, on peut mettre en place une feuille de surveillance des prises alimentaires de la personne, c’est ce que l’on appelle un relevé des ingesta.

Pour voir plus loin voir HAS ou me contacter pour audit dénutrition ou/ et démarche nutritionnelle à mettre en place.

Il est donc essentiel que les professionnels de la santé et les proches soient attentifs à ce premier signe et qu’ils prennent des mesures immédiates pour évaluer et traiter la dénutrition chez les séniors. La perte de poids peut se porter sur la masse graisseuse, mais aussi sur la masse maigre, engendrant ainsi bon nombre de répercussions délétères sur la santé.

spirale de la dénutrition
La Spirale de la Dénutrition

Il est important de surveiller attentivement sa perte de poids pour plusieurs raisons :

Indicateur de santé : La perte de poids non intentionnelle peut être le signe d’un problème de santé sous-jacent, tel que la dénutrition, une maladie chronique, ou même un cancer.

Impact sur la qualité de vie : Une perte de poids importante peut entraîner une diminution de la qualité de vie, en affectant la mobilité, l’énergie et l’autonomie.

Risque de dénutrition : La perte de poids excessive peut conduire à la dénutrition, un problème grave qui affecte la santé physique et mentale.

Effets sur la masse musculaire : Une perte de poids peut également entraîner une diminution de la masse musculaire, ce qui augmente le risque de fragilité et de chutes chez les personnes âgées.

En étant attentif à sa perte de poids, on peut discuter de ce changement avec son médecin 🩺 et obtenir des conseils et un suivi approprié. Cela peut permettre de mieux comprendre les causes de la perte de poids et de prendre les mesures nécessaires pour y remédier !


Contrairement à une idée répandue, le vieillissement n’est pas la cause directe de la dénutrition. Les séniors peuvent maintenir une alimentation équilibrée et adaptée à leurs besoins pour prévenir ce risque.

Contrairement à une croyance populaire, les personnes âgées peuvent avoir des besoins nutritionnels accrus en raison de divers facteurs, notamment les changements physiologiques et les maladies chroniques.

Bien que certains séniors puissent rencontrer des difficultés d’appétit, ce n’est pas un phénomène inévitable lié à l’âge. Il est important de rechercher les causes sous-jacentes et de prendre des mesures appropriées.

Contrairement à une idée répandue, la perte de poids involontaire chez les personnes âgées peut être le signe de problèmes de santé sous-jacents, tels que la dénutrition ou des maladies chroniques.

Bien que les compléments nutritionnels oraux soient utiles pour reprendre du poids rapidement, ils ne doivent pas être la seule source d’apports alimentaires. Ce sont des suppléments à donner dans le cadre d’une alimentation adaptée et prescrite. Leur vocation n’est pas de redonner de l’appétit mais de traiter la dénutrition de la personne âgée.


Privilégiez les protéines pour entretenir vos muscles. Mangez, des aliments riches en protéines à chaque repas en variant les sources : de la viande blanche maigre de préférence, des œufs, du poisson, des légumineuses ou des produits laitiers. La viande rouge est une source de protéines de bonne qualité mais limiter sa consommation à 2 fois par semaine. (pour préserver son système cardiovasculaire notamment).

Les protéines dans l'assiette

L’origine des protéines peut être d’origine animale (viande, poisson, œuf, produits laitiers, charcuterie) ou être d’origine végétale (légumineuses, fruits oléagineux, céréales)

🚩 L’impact des protéines sur l’organisme

« Essentielles à l’organisme, elles y jouent un rôle structural (au niveau musculaire ou encore cutané) mais sont également impliquées dans de très nombreux processus tels que la réponse immunitaire (anticorps), le transport de l’oxygène dans l’organisme (hémoglobine), ou encore la digestion (enzymes digestives). »
Selon l’ANSES (24/01/2013)

L’OMS*, et le PNNS* encourage à augmenter sa consommation de protéines d’origines végétales : lentilles, pois chiches, amandes, noix, etc. Il semblerait qu’un apport en protéines moitié d’origine animales, moitié d’origine végétales permettrait de couvrir ses besoins en acides aminés essentiels.

Ce qui est intéressant pour les personnes âgées dont l’appétence pour les produits carnés diminue avec l’avancée en âge.

De plus les protéines végétales sont bon marché par rapport à la viande, le poisson et le fromage.

*OMS : Organisation Mondiale de la Santé / *PNNS : Le Programme National Nutrition Santé

🥩 Protéines Animales : Viandes, Poissons, Œufs, Produits Laitiers pour les Séniors

Les protéines animales sont une source riche et complète de tous les acides aminés essentiels. Les viandes maigres, comme le poulet et la dinde, les poissons riches en oméga-3 comme le saumon et le maquereau, les œufs, et les produits laitiers comme le yaourt et le fromage sont particulièrement bénéfiques pour les séniors.

🍚 Protéines Végétales : Légumineuses, Noix, Graines, Soja, Céréales Complètes pour les Séniors

Les protéines végétales offrent une alternative nutritive et sont souvent plus faciles à mastiquer. Les légumineuses (lentilles, pois chiches), les noix et graines (amandes, chia), les produits à base de soja (tofu, tempeh) et les céréales complètes (quinoa, avoine) sont d’excellentes sources de protéines végétales à compléter avec les sources de protéines animales pour bien couvrir ses besoins..

Les apports énergétiques conseillés pour maintenir son poids sont calculés en fonction de la quantité d’énergie exprimée en kilocalories ou kilojoules et fonction du poids de la personne et par jour :

Apport énergétique conseillé = 30 kcal / Jour / kg

Apport en protéines de 1g / kg / Jour

Pour vous donner un ordre d’idée :

  • Pour une femme de 60 kg : 1800 kcal au minimum par jour
  • Avec une consommation de 60 g de protéines au minimum.

En plus des protéines, les séniors ont besoin d’une alimentation riche en calcium, vitamine D, fibres, et acides gras oméga-3. Ces nutriments sont essentiels pour la santé osseuse, la digestion, et la prévention des maladies chroniques.

L’activité physique régulière, en particulier les exercices de résistance comme la musculation et le yoga, est essentielle pour maintenir la masse musculaire et prévenir la sarcopénie (perte de muscle liée à l’âge). Combinée à une alimentation riche en protéines, l’exercice aide à préserver la force et la mobilité.


En conclusion, la dénutrition chez les personnes âgées est un problème de santé complexe et souvent mésestimé. Alors que les statistiques révèlent l’ampleur alarmante de ce phénomène, il est impératif de comprendre que la dénutrition n’est pas une fatalité liée à l’âge. En identifiant et en corrigeant les fausses croyances courantes, nous pouvons mieux sensibiliser les professionnels de la santé, les proches et la société dans son ensemble sur l’importance de prévenir et de traiter la dénutrition chez les séniors.

La perte de poids, souvent considérée comme un phénomène naturel du vieillissement, doit être surveillée de près et traitée comme un signe potentiel de dénutrition. La détection précoce et le traitement approprié de la dénutrition peuvent contribuer à améliorer la santé globale et la qualité de vie des personnes âgées, en réduisant les risques de complications médicales et de perte d’autonomie.

Il est essentiel de reconnaître que les besoins nutritionnels des personnes âgées peuvent être élevés et que des interventions ciblées, telles que des évaluations nutritionnelles régulières et des adaptations alimentaires personnalisées, sont nécessaires pour prévenir la dénutrition et promouvoir le bien-être des séniors.